Spectacles français au New Vision Arts Festival 2018 [en] [中文]

Le festival comprend les deux spectacles de danse « Negociation » et de théâtre « Forecasting » qui auront lieu du 1er au 4 novembre 2018 à Hong Kong

Negotiation (danse) par Olé Khamchanla & Pichet Klunchun

JPEG

Danses urbaines et recherches sur la tradition pour Olé Khamchanla, un délicat déplacement vers la création contemporaine pour Pichet Klunchun danseur traditionnel. Leur dialogue fonde cette nouvelle création, Negotiation.

Dans Negotiation, avec Pichet Klunchun, maître de Khon, danse traditionnelle de masque en Thaïlande, chacun déploie son propre espace, vaste, dense et intériorisé. Le corps ancré au sol, à pas glissants parfois, torses et bras esquissant vrilles et autres arborescences légères ou puissantes, leurs présences se fait rencontre. Comment revisiter ses origines pour parvenir à une danse d’aujourd’hui ? Quelle forme d’écriture adopter pour une nouvelle histoire ? Autour de ces questions chorégraphiques, les deux artistes entreprennent leur « négociation ». Entre confrontation et rapprochement, surgissent de surprenants alliages d’univers, entrelaçant présent et tradition, exploration et expérience du geste. Leur danse, telle une matière première mouvante, répétée, transformée, se fait doucement bouleversement.

Date : 2-3 novembre 2018
Horaires : 20h
Lieu : Hong Kong City Hall Theatre
Cliquez ici pour la billetterie

Biographies d’Olé Khamchanla et Pichet Klunchun

Olé Khamchanla

Originaire du Laos, Olé Khamchanla découvre la danse hip-hop en 1990 et a continué à étudier le hip hop, la capoeira, la danse contemporaine et le Butô. Peu à peu, il a trouvé sa propre façon de danser qui lui permet d’affirmer son propre style dans sa pratique. En 2011, il fonde sa compagnie, KHAM, en France.

Les chorégraphies d’Olé mêlent hip hop, contemporaine et la danse traditionnelle thaïlandaise et laotienne. Il a également des expériences avec la fusion de la danse et d’autres formes d’expression comme le théâtre, la vidéo, la musique et la peinture. En outre, Olé collabore fréquemment avec des artistes internationaux, en particulier ceux de l’Asie du Sud. Ses œuvres interrogent ce que cela signifie d’être humain.

Pichet Klunchun

Pichet Klunchun est un danseur traditionnel thaïlandais qui tente d’adapter les œuvres traditionnelles de la danse classique thaïlandaise pour en livrer une version plus contemporaine mais toujours respectueuse des fondements de la tradition. Le monde culturel thaïlandais classique voit en lui l’un artiste les plus audacieux, qui ose retravailler et réinterpréter la culture chorégraphique thaïlandaise pour aller de l’ancien style traditionnel vers une pratique nouvelle et modernisée. Il a été formé à la danse de masque thaïlandaise traditionnelle, le « khon », dès l’âge de 16 ans, auprès de Chaiyot Khummanee, l’un des plus grands maîtres du khon en Thaïlande.

Il a été diplômé en danse classique thaï à l’université de Chulalongkorn à Bangkok. Ensuite il a beaucoup travaillé pour le théâtre, en tant que danseur et chorégraphe, notamment pour des manifestations de grande envergure comme les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux asiatiques à Bangkok en 1998. Dans le même temps, il a aussi travaillé pour le milieu de la danse contemporaine. Il est le seul artiste diplômé du département de danse en Thaïlande qui gagne encore sa vie par la danse.

Forecasting (théâtre) par Premier Stratagème

JPEG

Forecasting se base sur un recueil de vidéos amateurs puisées dans le plus grand site web d’hébergement de vidéos : YouTube. La performance utilise ce cadre comme un embrayeur de fiction, une réserve de signes et de sens, une somme d’agencements qui imposent au spectateur un exercice de traitement d’informations entre immédiateté empirique et hyper abstraction. Sur scène une interprète manipule un ordinateur portable sur l’écran duquel défilent des vidéos de Youtube qui répondent tous à un critère d’échelle 1:1. A partir de cette contrainte simple naît un jeu de déplacement spatial et temporel. L’écran devient le lieu de croisement entre le corps de l’interprète et le monde bidimensionnel de l’image appartenant à d’autres hommes, à d’autres lieux. Il en résulte une expérience de mutation, une zone d’indétermination nourrie par la nature même des vidéos qui oscillent entre la banalité des situations, des mouvements et objets quotidiens et la possibilité de leur transformation en un autre outil de narration de soi.

Date : 3-4 novembre 2018
Horaires : 14h & 17h
Lieu : Kwai Tsing Theatre Rehearsal Room
Cliquez ici pour la billetterie

Une rencontre avec les artistes est prévue après le spectacle du 3 novembre à 17h.

Atelier de discussion avec la compagnie Premier Stratagème

JPEG

Dans le cadre de New Vision Arts Festival, la troupe de théâtre française sera au Consulat général de France pour rencontrer et échanger avec le public.

Date : 1 novembre 2018
Horaires : 19h- 20h30
Lieu : Salle Ségalen, 25/F, Consulat général de France à Hong Kong et Macao
Cliquez ici pour l’inscription

Biographies de Barbara Matijevicć et Giuseppe Chico

Barbara Matijevicć

Née à Našice (Croatie) en 1978. Elle étudie la danse auprès de la chorégraphe et pédagogue Kilina Cremona à Zagreb et a collaboré avec plusieurs chorégraphes en Croatie (Irma Omerzo, Iva Nerina Gattin, Katja Simunic et cie TRAFIK). En 2003 elle rejoint le dramaturge/metteur en scène Saša Božić et la danseuse/chorégraphe Željka Sančanin dans Kombinirane operacije . Elle y est active en tant que danseuse, assistante de mouvement, actrice et chorégraphe (Re-Play, 2002 ; Hard To Dig It, 2003 ; Vertigo, 2007). Après avoir obtenu le diplôme en littérature de la Faculté de philosophie et lettres de l’université de Zagreb, elle part à Paris sur l’invitation de Boris Charmatz. Pendant un an (2004-2005), elle participe au projet Bocal réunissant 15 artistes d’horizons divers autour de l’idée d’une école éphémère, explorant des approches performatives à la pédagogie de la danse. Le projet accueille des artistes comme Vera Mantero, Joao Fiadeiro, Laurence Louppe, Jean-Luc Moulene, Jan Ritsema, Raimund Hoghe, Hubert Godard, Steve Paxton, Frans Poelstra. En 2005 elle collabore à Bruxelles avec l’acteur Bruno Marin (DA-l’animal) et le chorégraphe David Hernandez (Performance Hotel). En 2006/07, elle joue dans la pièce Purgatoire, sur un texte écrit et mis en scene par Joris Lacoste. Elle réalise le projet interdisciplinaire Photomorgana avec les photographes Igor Kuduz, Ana Opalić et Jasenko Rasol, présenté au Salon de Zagreb 2006. De 2005 – 2008 elle collabore avec le metteur en scène slovène Bojan Jablanovec (Le projet VIA NEGATIVA – Would Would Not, 2005 ; Viva Verdi, 2006 ; Superbia, 2008). En 2007 elle fonde, avec Saša Božić, la compagnie De facto et entame une collaboration avec Giuseppe Chico. Depuis 2004 elle enseigne la danse au Conservatoire des arts dramatiques à Osijek, Croatie. Elle vit à Zagreb.

Giuseppe Chico

Né à Bari (Italie) en 1974. Il s’initie au théâtre encore enfant, d’abord comme spectateur d’opérette, puis, à l’âge de 10 ans, suit les cours de Tina Tempesta et Antonella Porfido au théâtre Abeliano de Bari. Après une interruption de quelques années comme joueur de basket-ball, il approfondit la pratique de l’acteur avec Robert McNeer au théâtre Kismet. Il collabore à plusieurs reprises avec le scénographe Paolo Baroni. En 2000 il s’installe a Paris où il se forme à la danse et à la chorégraphie avec Joao Fiadeiro, Vera Montero, Julyen Hamilton, Mark Tompkins, Vera Orlock, Pooh Kaye, K.J. Holmes, Olivier Besson. Il a été interprète pendant plusieurs années pour la Cie Mille Plateaux Associés. Parallèlement il collabore avec George Appaix, Anja Hempel, Magali Desbazeille. Au théâtre il a travaillé également comme interprète pour Joris Lacoste sur la pièce Purgatoire. En 2007 il entame une collaboration avec Barbara Matijevic. Il vit à Paris.

publié le 19/10/2018

haut de la page