Remise de la Légion d’Honneur à Madame Nicole Sicard par le Consul Général [en]

Le 22 août 2018, Mme Nicole Sicard s’est vue remettre les insignes de Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’Honneur à la Résidence de France, par M. Eric Berti, Consul général de France à Hong Kong et Macao.

Légion d'Honneur Nicole Sicard
Légion d'Honneur Nicole Sicard
Remise Légion d'Honneur Nicole Sicard
Remise Légion d'Honneur Nicole Sicard
Remise Légion d'Honneur Nicole Sicard
Remise Légion d'Honneur Nicole Sicard

« Nicole Sicard est une figure majeure de la communauté française de Hong Kong, connue pour sa générosité, son engagement et sa présence lumineuse auprès des plus démunis », a déclaré le Consul général, M. Eric Berti.

Lors de son discours, Mme Sicard a tenu à remercier les différentes personnes qu’elle a rencontrées lors de ses engagements humanitaires. « Cette reconnaissance je la dois avant tout à mes anciens élèves, mais aussi aux enfants dans le besoin de Hong Kong et ceux des bidonvilles de Katmandou qui me tiennent tant à cœur », a-t-elle déclaré.

Originaire de Nantes, Nicole Sicard arrive à Hong Kong en 1964, à l’âge de 29 ans. Elle enseigne la biologie dans différentes écoles hongkongaises, jusqu’en 1998 où elle prend sa retraite. Durant ses années d’enseignement, elle crée « l’école libre du soir » où avec l’aide de certains de ses élèves, elle donne des cours aux travailleurs migrants. Elle lance également des projets communautaires visant à aider des enfants handicapés, notamment des aveugles. Nicole Sicard reçoit en 1996 la récompense du « meilleur enseignant de l’année ». Elle reste à ce jour la seule enseignante non chinoise à avoir reçu cette récompense à Hong Kong.

En plus de son activité d’enseignante elle voyage beaucoup en Asie, se rendant par exemple au Laos pour aider des réfugiés durant les périodes de bombardement pendant la guerre du Vietnam. Elle parraine également des enfants accueillis aux Tibetan Children’s Villages à Dharamsala en Inde. Elle se rend aussi aux Philippines (Palawan 1978-1984) et en Mongolie (2001 à 2010) pour assister les œuvres des Sœurs philippines en faveur des handicapés ou des chômeurs.

Dès le début de sa retraite en 1998, elle s’implique dans l’association népalaise Concern, qui a pour but de prendre en charge les enfants des rues et de les scolariser. A partir de 2011, elle crée Mayaa Nepal, qui reprend les activités de l’association Concern. En 2016, elle fonde Mayaa Hong Kong, en vue, non seulement de lever des fonds pour Mayaa Nepal, mais également pour agir en faveur des enfants déshérités de Hong Kong.

publié le 04/09/2018

haut de la page