Présentation du Grand Plan d’Investissement [中文]

Le Premier ministre Édouard Philippe a présenté, le 25 septembre, un grand plan d’investissement doté de 57 milliards d’euros.

Il est destiné à financer d’ici à 2022 les grandes priorités : transition écologique, formation professionnelle et numérique. L’objectif est d’amplifier l’effet des réformes économiques, fiscales, et sociales du Gouvernement.

Ce plan prévoit 57 milliards d’euros d’investissement sur la durée du quinquennat. Il identifie 4 priorités :

JPEG

1. Accélérer la transition écologique (20 milliards d’euros) : rénovation thermique des bâtiments, rénovation des réseaux routiers et ferroviaires, soutien au développement des transports de proximité, aide à l’acquisition par les ménages modestes d’une voiture propre, augmenter de 70 % notre capacité de production d’énergies renouvelables, soutien à la recherche et à l’innovation pour lutter contre le changement climatique et accélérer notre transition écologique (projets de villes durables et intelligentes, développement de nouvelles sources d’énergie).

2. Améliorer l’accès à l’emploi (15 milliards d’euros) : former 2 millions de personnes peu qualifiées et les accompagner vers l’emploi, améliorer la formation initiale des jeunes, inventer de nouveaux modèles d’enseignement et de formation.

JPEG

3. Dynamiser notre compétitivité par l’innovation (13 milliards d’euros) : soutien à l’innovation dans les entreprises, consolider le lien entre la recherche publique et la recherche privée, encourager la prise de risque dans les secteurs de demain (intelligence artificielle, exploitation des mégadonnées, nanotechnologies ou cybersécurité), accompagner la transformation de secteurs en mutation, accélérer l’adaptation des outils et le changement des pratiques de l’agriculture.

4. Construire l’État numérique (9 milliards d’euros) : accélérer la transformation numérique des services publics (objectif de 100 % des services publics dématérialisés hors délivrance des titres d’identité) et accompagner durablement la baisse des dépenses publiques, accélérer la numérisation du système de santé et de cohésion sociale, accompagner le déploiement de la télémédecine.

publié le 19/10/2017

haut de la page