Melvil Poupaud à Hong Kong pour le Festival du film Gay et Lesbien

Le Festival du Film Gay et Lesbien débute ce soir, 4 films français sont à l’affiche.

À ne pas rater

GIF

Laurence Anyways
Laurence Anyways, c’est l’histoire d’un amour impossible.
Le jour de son trentième anniversaire, Laurence, qui est très amoureux de Fred, révèle à celle-ci, après d’abstruses circonlocutions, son désir de devenir une femme. Troisième long métrage du jeune cinéaste québécois Xavier Dolan, le film reste fidèle au genre développé par le réalisateur dans J’ai Tué ma Mère et Les Amours Imaginaires. A noter, une bande son particulièrement inspirée. Melvil Poupaud, rôle principal, sera présent aux séances mercredi et jeudi prochains !

Bande Annonce

Les Invisibles
Des hommes et des femmes, nés dans l’entre-deux-guerres. Ils n’ont aucun point commun sinon d’être homosexuels et d’avoir choisi de le vivre au grand jour, à une époque où la société les rejetait. Ils ont aimé, lutté, désiré, fait l’amour.
Aujourd’hui, ils racontent ce que fut cette vie insoumise, partagée entre la volonté de rester des gens comme les autres et l’obligation de s’inventer une liberté pour s’épanouir. Ils n’ont eu peur de rien...

Bande Annonce

Notre Paradis
Vassili, prostitué vieillissant aux pulsions criminelles, trouve un jeune homme inanimé dans le Bois de Boulogne et le recueille chez lui. Les deux hommes, devenus complices et amants, se prostituent ensemble et volent leurs clients. Mais peu à peu, l’étau se resserre suite aux menaces de représailles et le couple doit fuir Paris précipitamment. La cavale commence… (Interdit au moins de 16 ans en France)

Bande Annonce

Joshua Tree 1951 : A Portrait of James Dean
« Joshua Tree, 1951 », portrait intime de James Dean sur le point d’atteindre la notoriété à la fois comme un grand acteur et comme icône américaine se déroule pendant un court voyage dans le désert de Joshua Tree en Californie à quelques heures de son appartement de Santa Monica. Dans cette balade, The Roommate, un acteur que Dean apprécie pour son raffinement et pour son amitié et Violet, starlette au service de Roger un producteur charmant et affecté. Des aller-retours entre le passé et le présent vont définir les facettes intimes de la personnalité de James Dean contruite par une grande concentration sur soi-même et modelée par l’ambition de devenir un immense acteur de cinéma. Ce voyage sera une série de confrontations et d’éclairages qui changeront sa vie à jamais…

Exploration de l’Hollywood d’après-guerre, « Joshua Tree, 1951 » présente un James Dean, rarement entrevu. Conscient de son potentiel à devenir légendaire, il est à la fois superficiel et las du monde, brute et romantique, play-boy d’une sensibilité mystérieuse, intellectuel et cow-boy. Cette prospection audacieuse de sa sexualité et de ses relations formatives redéfinit un James Dean nouveau pour les futures générations. Une expérience de cinéma inoubliable, choc esthétique, sexuel et formel, « Joshua Tree, 1951 » ouvre de nouvelles perspectives narratives et cinématographiques par son audace et son perfectionnisme, à l’image de la star, magique et hypnotique.

Bande Annonce

Plus d’informations sur le site du festival !

publié le 16/11/2012

haut de la page