Le voilier scientifique TARA en escale à Hong Kong [en]

Le voilier français Tara effectue une escale à Hong Kong du 7 au 15 mars 2018 dans le cadre de l’expédition Tara Pacific 2016-2018, étude inédite des récifs coralliens face au changement climatique. Le voilier sera amarré au Central Pier no 9 et sera ouvert au public les 10 et 11 mars 2018. Le Maritime Museum accueillera également une exposition du 9 au 31 mars 2018

Les inscriptions sont ouvertes pour les visites de la goélette Tara lors des journées portes ouvertes les 10 et 11 mars 2018

Pour vous inscrire : https://goo.gl/PRrkoC

PNG

En mer depuis 2003, la goélette Tara est aujourd’hui internationalement reconnue pour avoir mené d’importantes expéditions en Antarctique, en Arctique sur la banquise (Tara Arctic 2006-2008) ou en Haute Mer afin d’étudier pour la première fois le plancton à l’échelle planétaire (Tara Oceans, 2009-2013), ou encore l’impact de la pollution par le plastique (Tara Méditerranée, 2014). Cette renommée tient plus précisément aux résultats déterminants que la goélette a permis de récolter ainsi qu’aux publications majeures dans lesquelles ils ont été publiés, notamment dans « Science » et « Nature ».

L’EXPEDITION TARA PACIFIC, AU COEUR DU CORAIL

Depuis plus d’un an et demi, Tara sillonne le Pacifique pour analyser en des lieux différents, les même types de récifs, et parmi eux les plus éloignés. Plus de 25.000 échantillons ont été prélevés par les équipes de Tara à ce jour. Ces récifs coralliens – qui ne représentent que 0,2% de la surface des fonds marins – sont essentiels à la vie de l’océan car ils abritent près d’un tiers des espèces marines. Leur santé est donc aussi cruciale pour l’humanité qui dépend de ces ressources marines.

UNE ETUDE INEDITE DES RECIFS CORALLIENS DU PACIFIQUE

A bord de Tara, les équipes de biologistes, océanographes et spécialistes du corail et du plancton récoltent de nombreux échantillons de coraux, de poissons de récifs, d’eau de micro-organismes et d’algues. Leur objectif : mieux comprendre la richesse de leur biodiversité et leur capacité d’adaptation aux stress et bouleversements en cours (chaleur, pollutions, acidification). Leur investigation s’étend du gène à l’écosystème, en comparant des récifs disséminés sur une zone géographique extrêmement étendue. Une telle approche n’avait encore jamais été réalisée à cette
échelle.

D’est en ouest, les scientifiques de la mission ont observé des niveaux disparates de
dégradation des récifs. Ils ont pu constater un blanchissement des coraux sur l’ensemble du Pacifique dû au réchauffement de l’Océan : si quelques sites étaient indemnes comme aux îles de Wallis et Futuna ou aux Iles Salomon, la couverture corallienne avait été affectée à hauteur de 30 à 90% sur d’autres sites.

Du sud au nord, ces derniers mois, entre la Nouvelle-Zélande et les Iles Palaos, les récifs et leur biodiversité présentaient un bon état de santé, notamment aux Iles Chesterfield, en Nouvelle Calédonie, en Papouasie-Nouvelle Guinée ou encore aux Iles Salomon.

PNG

TARA EN CHINE

Après avoir atteint et longé les récifs les plus éloignés, puis le Triangle de Corail et mené d’importants prélèvements à l’occasion de plus de 3500 plongées, la goélette s’apprête à rejoindre la Chine.

Tandis que la République populaire de Chine entend se hisser, d’ici à 2030, au rang de grande puissance écologique, avec l’objectif de renforcer sa transition énergétique, la Fondation Tara Expéditions souhaite développer avec les scientifiques et laboratoires chinois des partenariats à long terme pour accompagner ce mouvement, en particulier dans la recherche sur l’océan et le climat.

Des liens sont d’ores et déjà noués avec l’université de Xiamen et l’Université du Guangxi, avec qui nous comptons étudier le récif de Sanya.

« Lorsque Tara et le navire d’exploration et de recherche océanique Tan Kah Kee jetteront l’ancre à Xiamen en 2018, cela sera comme la rencontre de deux âmes. Bien qu’ils viennent chacun d’un côté opposé de la planète, aucun océan, aussi vaste soit-il, aucun challenge, aussi ambitieux soit-il, ne pourront les empêcher d’atteindre leurs buts communs : mieux comprendre et protéger notre Océan » indique le Professeur Minhan Dai, Directeur, à l’université de Xiamen (XMU) et Directeur du State Key Lab of Marine Environmental Science (MEL).

DES ESCALES OUVERTES AU PUBLIC

Au cours des escales, la goélette et de nombreuses animations seront accessibles au public. La Fondation Tara Expéditions souhaite surtout s’adresser aux enfants et aux jeunes. De nombreuses visites d’écoles sont prévues afin de les sensibiliser à la richesse, à la fragilité de l’Océan et à l’urgence de le préserver.
- SANYA - DU 24 FEVRIER AU 4 MARS
- HONG-KONG - DU 7 AU 15 MARS
- XIAMEN - DU 2 AU 10 AVRIL
- SHANGHAI - DU 15 AU 29 AVRIL

Ces escales donneront lieu également à des :
- Conférences de presse avec les médias nationaux et locaux en vue de présenter les
recherches de Tara Pacific et les activités de Tara en Chine
- Programmes éducatifs pour les écoles (visites du bateau, sensibilisation aux enjeux des océans…)
- Exposition sur les expéditions de Tara depuis 2003 et l’expédition Tara Pacific 2016-2018
- Conférences et projections pour le grand public

JPEG

publié le 07/03/2018

haut de la page