Le festival du film juif se déroulera du 10 au 18 novembre

Novembre est le mois des festivals de films à Hong Kong. Le festival du film juif aura lieu du 10 au 18 novembre prochains majoritairement à l’AMC de Pacific Place.

JPEG
Découvrez les 4 films français de leur sélection :

  • Aliyah d’Elie Wejeman avec Pio Marmai (2012), présenté dans la section « Quinzaine des Réalisateurs » à Cannes en mai dernier, le film se passe à Paris 2011. Alex a vingt-sept ans. Il vend du shit et vit dans l’ombre de son frère Isaac, lequel après avoir été son soutien est devenu son fardeau. Alors quand son cousin lui annonce qu’il ouvre un restaurant à Tel-Aviv, Alex imagine le rejoindre pour changer enfin de vie. Déterminé à partir, Alex doit dès lors trouver de l’argent et faire son Alyah. Mais il devra aussi tout quitter : Paris qu’il aime tant, Esther son ancien amour, Mathias son ami de toujours et Jeanne qu’il vient de rencontrer. Saisi entre son Alyah, la vente de drogue, ses amours complexes et un frère destructeur, Alex devra trouver sa voie.
  • El Gusto de Safinez Bousbia (2012). La bonne humeur - el gusto - caractérise la musique populaire inventée au milieu des années 1920 au cœur de la Casbah d’Alger par le grand musicien de l’époque, El Anka. Elle rythme l’enfance de ses jeunes élèves du Conservatoire, arabes ou juifs. L’amitié et leur amour commun pour cette musique qui "fait oublier la misère, la faim, la soif" les rassemblent pendant des années au sein du même orchestre jusqu’à la guerre et ses bouleversements. El Gusto, Buena Vista Social Club algérien, raconte avec émotion et... bonne humeur comment la musique a réuni ceux que l’Histoire a séparés il y a 50 ans.
  • Once Upon a Bench , court métrage d’Alexandra Torterotot. Comme tous les matins, Evelyne, une dame d’un certain age vient s’asseoir sur son banc favori de l’île Saint-Louis, à l’angle du quai de Bourbon. Mais ce matin, elle est dérangée par Iulian, un jeune Rom, l’air un peu perdu, qui vient s’asseoir à côté d’elle. Le jeune homme finit par se confier à la vieille dame, et son histoire évoque à Evelyne de lointains souvenirs. Peu à peu, une amitié inattendue se crée.
  • Shéhérazade and the Kosher Delight , court métrage d’Agnès Caffin (2012) avec Fanny Ardant. Désespérée de trouver un boulot, Shéhérazade, jeune palestinienne sans papiers, se présente rue des Rosiers suite à une annonce : Le restaurant de luxe Délice Casher recherche un aide cusinier juif. S’adresser à Esther.

    Plus d’informations ici : http://hkjff.org/

publié le 08/11/2012

haut de la page