Hong Kong veut muscler son enseignement supérieur et sa recherche publique

Au cours des derniers mois, une série de mesure a été prise au plus haut niveau politique afin d’accélérer la positionnement de Hong Kong en tant que plate-forme asiatique pour l’enseignement supérieur et la recherche.

Rappelons le lancement en février dernier d’un fond de placement de 18 milliards HK$ dont les revenus estimés à 900 millions HK$ par an, soit 80 millions d’euros, devaient financer la recherche sur projets au sein des universités. De ce revenu annuel 200 à 300 millions HK$ seront dédiés à des programmes thématiquement orientés avec entre autres les biotechnologies, les nanotechnologies, le développement durable et la finance.

Le 22 juin dernier, le chef du gouvernement hongkongais annonçait que des réflexions étaient engagées pour créer deux nouvelles universités privées. Il est aussi à noter que l’institut de formation des enseignants (HKIEd) vient d’être récemment autorisée à élargir ses activités (enseignement multidisciplinaire, recherche) et à augmenter son quota d’étudiant afin de se préparer à devenir une véritable université également.

JPEGDepuis quelques semaines l’University Grants Committee (UGC), l’organisme hongkongais en charge de la supervision de l’enseignement supérieur et de la recherche, met en place un programme visant à allouer quelques 135 bourses pour les étudiants étrangers afin que ces derniers préparent un doctorat au sein des universités publiques de Hong Kong. Ce programme sera lancé officiellement au début du mois de septembre.

Cet ensemble de mesures et d’annonces confirment la volonté d’améliorer une position privilégiée que possède déjà Hong Kong en Asie. En effet, trois des universités de Hong Kong font parties du Top 50 selon le « Times Higher Education Supplement », devant même les meilleures universités de Chine continentale.

publié le 07/09/2009

haut de la page