Focus Energie & Environnement - La pollution lumineuse à Hong-Kong. (10/11/2013)

Article rédigé le 09/11/2013

PNG

Hong Kong compte parmi les villes où la pollution lumineuse est l’une des plus importantes au monde. C’est ce que révèle une enquête menée par l’université de Hong Kong qui a collecté pendant 3 ans plus de cinq millions de relevés de luminosité à partir de 18 senseurs placés à divers endroits de la ville. Le niveau oscille entre 20 et 1200 fois le taux standard recommandé par l’Union Astronomique Mondiale (UAM). La baie de Hong-Kong est bien sûr la plus touchée par cette pollution, avec un pic record au musée de l’espace de Tsim Sha Tsui (1200 fois le standard de l’UAM). Les zones rurales moins exposées sont également très affectées enregistrant un taux 20 fois supérieur à la moyenne.

Cette pollution lumineuse est prise au sérieux par les scientifiques et autorités hong-kongaise. En effet, en plus d’entrainer une consommation d’énergie importante, la pollution générée par les nombreuses enseignes lumineuses de Hong-Kong dérègle les cycles biologiques et peuvent entraîner dépressions et insomnies chez certains. La pollution lumineuse a également un impact environnemental néfaste sur les insectes utilisant des signaux lumineux afin d’assurer leur reproduction (lucioles...).

Sources :

- "The largest ever database on night sky brightness HK urban night sky can be 1,000 times brighter than the darkest standard" - The University of Hong Kong - 19/03/2013 - Source

- "Light pollution in Hong Kong ’worst on the planet’" - South China Morning Post - 20/03/2013

Rédacteurs :
Maxime LESTRA, Chargé de mission scientifique

publié le 28/04/2015

haut de la page