Audiovisuel : les crédits d’impôts français ont le vent en poupe [en]

Le CNC a dévoilé mi-février le bilan très bénéfique des réformes des crédits d’impôt nationaux et internationaux pour le cinéma et l’audiovisuel.

Le 15h17 pour Paris de Clint Eastwood - JPEG
Le 15h17 pour Paris de Clint Eastwood, film bénéficiaire du crédit d’impôt cinéma

2,02 Md€ de dépense en France en 2017 pour les œuvres ayant bénéficié d’un crédit d’impôt. Tel est le bilan très positif révélé mi-février 2018 par le CNCdeux ans seulement après les dernières réformes des trois crédits d’impôt français (crédit d’impôt cinéma, crédit d’impôt audiovisuel et crédit d’impôt international).

"En rendant nos crédits d’impôt plus performants, nous avons relancé une dynamique industrielle et commerciale, en relocalisant les tournages en France, mais aussi en attirant de nombreuses productions étrangères sur notre territoire. Et l’impact est considérable ! En 2017, les crédits d’impôt ont généré 600 M€ d’activité supplémentaires par rapport à 2015, avec à la clé, la création de plus de 15 000 emplois. La France est redevenue, avec ces crédits d’impôts et tous ses autres atouts, le pays le plus attractif au monde !" a souligné Frédérique Bredin, la présidente du CNC.

Dans le détail, le crédit d’impôt cinéma national a concerné 142 films en 2017 pour 804 M€ de dépenses en France, le crédit d’impôt international 52 projets (30 de plus qu’en 2015) pour 222 M€ de dépenses éligibles dans l’Hexagone (+165 M€ par rapport à 2015) et le crédit d’impôt audiovisuel national 1554 heures de programmes pour 995 M€ de dépenses en France.

Ces résultats signent une relocalisation très forte des tournages des films français sur le territoire national puisque le taux de délocalisation est passé de 27% avant la réforme des crédits d’impôt à 12% en 2017, le secteur des effets spéciaux étant particulièrement concerné puisque la production s’est relocalisée à plus de 90 % en France en une année.

Article original :Fabien Lemercier, Cineuropa, 16/02/2018

publié le 03/04/2018

haut de la page